shutterstock_1858041223

Un pilier de l’humanité célèbre aujourd’hui ses 100 ans !

Retour sur un destin plus que singulier.

À 20 ans, Henry Kissinger naît et grandit dans la tourmente de l’histoire.
Il brave les horreurs du IIIe Reich pour échapper aux persécutions antisémites. Il trouvera refuge en Angleterre…

À 23 ans, il fait le grand saut vers les États-Unis à la recherche de son destin de vie.
L’homme est plein d’ambitions et de passions. Il intègre Harvard embrassant une carrière juridique pleine de promesses !

À 30 ans, Kissinger joue un rôle crucial dans la politique étrangère des États-Unis en tant que conseiller spécial du président Nixon.
Ce citoyen du monde manie la politique étrangère comme un jeu d’enfants.

À 40 ans, Kissinger est déjà une figure internationalement reconnue en tant que Ministre des Affaires Étrangères,
accomplissant des progrès significatifs dans les relations avec la Chine et l’URSS. Son influence est immense !

À 50 ans, malgré sa contribution significative à la diplomatie mondiale,
Kissinger ne reçoit pas le Prix Nobel de la Paix qui lui est accordé. Il ne peut pas se rendre à Oslo
pour recevoir cette distinction en raison de la controverse entourant son rôle dans certains événements internationaux.

À 80 ans, depuis son cabinet conseil à New York, il garde un œil attentif sur les affaires mondiales.
Il continue d’inspirer les politiques étrangères de nombreux dirigeants.

À 100 ans, bien qu’il ne puisse plus parcourir le globe en tant que diplomate infatigable,
sa vision du monde laisse une empreinte indélébile jusqu’en 2023 que ce soit en Afrique ou en Ukraine.

Il est temps de se reposer et de se retirer. Après tout, même les rockstars de la diplomatie ont besoin d’un peu de repos.

Happy birthday Kissinger !

Merci à Sacha Elbaz pour ces quelques mots.