propos tenus sur cette page (cette rubrique) ne représentent que et uniquement l’opinion de leur auteur, et n’engagent pas Moadon.

Paracha Vayigach

Descendre pour mieux remonter
 
 
 
On approche de la fin du 1er livre, Béréchit.
Tout au long de ce livre nous avons vécu des histoires de fraternité difficiles et douloureuses. Cain et Abel, Isaac et Ismaël, Jacob et Esaüe, puis Joseph et ses frères.
Alors voici enfin le dénouement heureux d’une histoire de fraternité.
Une confrontation bien particulière cette semaine, la résolution potentielle d’une tension entre Joseph et Juda.
 
Deux figures qui incarnent dans notre tradition le leadership.
Joseph est vice-roi d’Egypte, un grand leader.
Juda assume le leadership parmi ses frères, c’est à lui que reviendra le bâton de la royauté, du pouvoir politique. Il est l’ancêtre du roi David, de la lignée messianique.
Se font donc face deux leaders.
 
Et qui dit le texte? « Vayigach Yéhouda ». Juda s’approcha. Le verbe « vayigach » est un mot rare dans la Bible, particulier pour un verbe d’approche. On aurait pu employer des verbes plus simples, plus explicites.
Vayigach, nous dit le midrach, est un terme comparable à une allégorie. Celle de la posture d’un homme qui s’approche d’un puits et qui, à l’aide d’une corde, ramène un homme qui s’y trouve.
Cette allégorie renvoie à un élément bien connu du passé de Joseph, puisqu’il a été lui même jeté dans un puits par ses frères.
Comme si Joseph, tout vice-roi qu’il est, se trouvait encore dans ce puits et attendait que son frère vienne le sauver.
L’expérience des profondeurs.
 
Mais justement Juda a fait aussi l’expérience d’une descente. Il a quitté ses frères, « Vayéred Yéhouda » , Juda est descendu. Pour aller faire face à son passé, à son histoire. Nous nous rappelons la confrontation entre Juda et sa brue Tamar qui lui permet une véritable introspection, un retour sur lui même, une auto critique.
Et c’est parce que Juda est descendu, a connu les profondeurs, qu’il est capable de remonter à la surface, capable de devenir leader, celui qui saura convaincre ses frères, faire amende honorable. Il est ainsi en mesure de devenir le leader qu’il est, parce qu’il a été capable de faire cette introspection.
 
L’accès au leadership pour ces deux personnages passe par une descente. Leur remontée dépend de leur capacité à plonger en eux mêmes, dans un puits métaphorique.
Être dans un puits et être capable de remonter grâce à une corde que quelqu’un vous a tendu.
Et comment s’appelle cette corde en hébreu biblique? Une corde = Tikva. Tikva c’est l’espoir. D’où le nom de l’hymne israélien.
 
A partir d’une intervention de Delphine Horvilleur.

 

 

CONDITIONS DE MODÉRATION DU BLOG :

Le blog et les commentaires sont modérés a posteriori. Le non respect de l’une des règles suivantes entraîne la suppression de l’article et du commentaire :

– Commentaires diffamatoires, racistes, pornographiques, pédophiles, incitant à délit, crimes ou suicides,
– Commentaires reproduisant une correspondance privée sans l’accord des personnes concernées,
– Commentaires agressifs ou vulgaires.

Categories: Judaïsme