Les propos tenus sur cette page (cette rubrique) ne représentent que et uniquement l’opinion de leur auteur, et n’engagent pas Moadon.

Je vous ai proposé il y a quelques temps Jacob et Herzl, voici maintenant Moïse et Herzl.

Moïse et Herzl

Moïse a un problème identitaire. Il est le fils d’hébreux de Amram et Yochevet, de la tribu de Lévi, et il va grandir au sein de sa famille adoptive au palais de Pharaon dans le royaume d’Egypte.

 

Qui l’a nommé Moïse ?

C’est sa mère adoptive Pithia, la fille du Pharaon, une égyptienne. Moché est donc un nom égyptien, cela veut dire d’ailleurs en égyptien « mon fils ».
C’est sa mère biologique, celle qui l’a allaité, qui donne une signification hébraïque à ce prénom en disant « celui qui a été sauvé des eaux ».
Alors Moïse porte un nom égyptien, il s’appelle François.
Moïse vit donc avec une double identité, il est le fils d’hébreux mais grandit à la mode égyptienne et va devenir le premier ministre d’Egypte.

Moïse va sortir voir ses frères, en fait il part en recherche de son identité.
Lorsqu’il voit l’égyptien frapper l’hébreu uniquement parce qu’il est juif, il prend le parti de la victime contre le bourreau. Il choisit alors son identité hébraïque et renonce de fait à celle égyptienne.
Cependant, le lendemain lorsqu’il assiste à une bagarre entre deux jeunes juifs et que ceux là se retournent contre lui, il comprend que les hébreux sont à un niveau moral et spirituel très bas. Ce sont des collaborateurs, des délateurs. Il est alors dégoûté par leur attitude. Il entre alors dans une véritable dépression identitaire. Il a rejeté les oppresseurs et est écœuré par les collabos.
Le voilà dans une impasse.

 

Que va-t-il faire ?

Il va fuir. Il va aller à plusieurs centaines de kilomètres dans le désert, il va fuir ces deux identités et chercher un nouveau souffle, une nouvelle vie.
Il deviendra pendant 40 ans un simple berger.

Alors voilà, Moché est né à Budapest, il a grandi à Vienne, il n’a pas grandi à la synagogue, ni à la yéchiva ; même s’il a quelques connaissances culturelles, historiques juives, il a décidé d’épouser complètement la culture occidentale, européenne, égyptienne.
Il pense qu’il faut s’assimiler, annuler son identité juive, pour enfin pouvoir s’intégrer, être considéré comme tous les autres citoyens, et qu’il n’y ait plus d’antisémitisme.

Mais tout à coup, il assiste à l’arrestation de ce capitaine juif frappé par l’Egypte. Ce capitaine qui représente pourtant l’idéal de l’assimilation, et voilà que même lui est ramené à sa condition de juif.
Et là, le déclic a lieu, Moché décide qu’il n’y a plus d’autre solution que de créer un état juif, un pays pour les juifs. Il va donc devenir ce guide, celui qui va emmener les juifs à la libération. Moché aura été Moché le libérateur, puis Rabbenou, le guide spirituel.

 

Dans notre génération ce n’est pas le cas.

Herzl est celui qui nous a sorti d’Egypte, d’exil. Depuis 120 ans, nous avons franchi la première étape, mais il nous reste maintenant à construire le deuxième étage de la fusée.

Un pays certes, mais pas seulement un pays comme les autres. Un pays spécial ou l’essence divine se ressent plus qu’ailleurs.
Un beau programme…

À partir de commentaires de la paracha sur Akadem.

 

André Bensimon

CONDITIONS DE MODÉRATION DU BLOG :

Le blog et les commentaires sont modérés a posteriori. Le non respect de l’une des règles suivantes entraîne la suppression de l’article et du commentaire :

– Commentaires diffamatoires, racistes, pornographiques, pédophiles, incitant à délit, crimes ou suicides,
– Commentaires reproduisant une correspondance privée sans l’accord des personnes concernées,
– Commentaires agressifs ou vulgaires.

Categories: Judaïsme