Objectif : 100 bourses vacances

Hier soir s’est déroulé le traditionnel dîner de gala Moadon en faveur de la campagne nationale de la Tsédaka. Toujours un grand moment chargé d’émotions.

Le président de la campagne Gérard Garçon a ouvert la séance en rappelant les enjeux : 12% de juifs encore sous le seuil de pauvreté en France, malgré les efforts incessants de la Tsédaka depuis 25 ans. Et bien sûr de bien insister que derrière les chiffres ce sont des drames humains, des noms, des prénoms, des familles qui souffrent, qu’il faut aider.

Gaby, le président de Moadon rappelle que Moadon et la campagne de la Tsédaka sont jumeaux, nés la même année en 1992, et que depuis 25 ans Moadon est partenaire de ce formidable élan de générosité unifié.
Certes Moadon collecte et reverse intégralement les sommes perçues à ce programme, mais plus important encore sensibilise les plus jeunes et les incite, les encourage à s’engager, à se mobiliser, à devenir acteur et “donacteur”.

Michel Boujenah nous raconte des histoires, nous fait rire, même “mourrir de rire”, mais sur des thèmes sérieux comme l’antisémitisme (pas meilleur que l’humour pour faire passer certains messages avec force), et insiste sur le fait que la campagne de la Tsédaka n’aide pas que des gens de notre communauté, mais au contraire est ouverte à tous et que ce message d’ouverture, de non repli sur soi est clé, notamment en ce moment de tension particulier dans notre pays.

Enfin Haïm Korsia, notre ami et Grand Rabbin de France reprend à son compte tout ce qui a été formulé pour donner à l’ensemble une cohérence, le relie aux textes bibliques, mais aussi au film “Monster et compagnie” (un grand écart que lui seul sait pratiquer) et nous délivre ses messages avec force car toujours emprunt d’une touche d’humour.
Michel Boujenah nous rappelle le deal existant entre Haïm et lui : “Michel ne cherche pas être rabbin et Haïm ne devient pas humoriste”, sinon Boujenah est fichu.

Cette soirée est placée sous le signe de la musique classique, les noms de table des grands compositeurs, un artiste au piano et deux chanteuses lyriques rythment la soirée : un véritable régal. L’animateur réussit même le tour de force de faire chanter en rythme et en canon toute l’assemblée : un grand moment (cf la vidéo).

Mais tout ça pour quoi ?
Pour récolter 50000€. Pour quoi faire ?
Oui l’objectif est annoncé clairement et ces 50000€ représentent 100 bourses de 500€ pour faire partir en centres de vacances 100 enfants handicapés.
Cette somme représente le double de celle récoltée l’an dernier.
Tout le monde est conscient de l’extrême ambition mais la cause est belle, magnifique, tellement proche de toutes les valeurs de Moadon que cela vaut la peine de se montrer déraisonnable.
“C’est parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible qu’ils l’ont fait”.

Relevons ensemble ce formidable défi.