Il paraît qu’il y a des juifs pauvres ! Incroyable non ?

Des juifs il y en a de toutes sortes. Des biens. Des pas biens. Des gros. Des maigres. Des intelligents. Des cons. Des de droite. Des de gauche.
Et à priori, selon la vox populi, ils se tiennent tous les coudes, alors des juifs pauvres ?
C’est le drame d’Ilan Halimi, jeune juif enlevé et torturé à mort parce que juif il avait forcément de la thune.
Et bien 19% des juifs de France, soit plus de 70000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté, avec moins de 900€ par mois.
“Certains sont dans des situations de survie. C’est intenable.” déclare Éric Bendrihem le fondateur de l’association Mazone.

Chaque année, sous l’égide du FSJU, l’Appel National de la Tsédaka mobilise dans un même élan de générosité l’ensemble de la communauté juive de France pour soutenir des programmes sociaux qui accompagnent les plus fragiles d’entre nous.
L’Appel National de la Tsédaka finance 170 programmes et soutient 90 associations.

Et chaque année Moadon s’associe à ce mouvement général, mobilise ses membres à travers diverses actions et collecte ainsi des fonds pour cette formidable cause. C’est également et surtout pour nous l’occasion de sensibiliser nos plus jeunes à cette réalité et de les faire participer à cet élan de générosité.

 

Au programme cette année :

Tournoi de volley, de foot, de ping pong, de belote. Le désormais traditionnel Zumbathon et le fameux dîner de gala et de collecte.
Au total nous espérons encore mobiliser plusieurs centaines de personnes, informer, sensibiliser, inciter à s’engager et collecter.
Un mois intense d’actions avec le regard tourné vers l’autre.