C’est le 33 ème jour de l’Omer. LaG est constitué en hébreu de deux lettres le L et le G, le Lamed et le Guimel ; les valeurs numériques de ces lettres sont respectivement 30 et 3, d’où le 33ème jour.
La période de l’Omer est considérée comme une période de deuil, de semi- deuil. En effet durant cette période entre Pessah et Chavouot un drame s’est déroulé à l’époque romaine.
En 164 c’est la fameuse révolte de Bar Kokhba contre les romains. L’armée de Bar Kokhba va être détruite. Cela sonne la perte définitive (60 ans après la destruction du 2nd temple) de l’indépendance d’Israël sur sa terre. Un symbole très fort qui va ouvrir un exil de près de 2000 ans, jusqu’à la création du nouvel état en 1948.
Qui composaient l’essentiel des troupes de Bar Kokhba ?
Les élèves de Rabbi Akiva. Et lors de cette défaite 24000 élèves sont morts. Certains disent d’une épidémie, en hébreu d’une « maguéfa ». Je crois que ce terme peut regrouper plusieurs notions, certes l’épidémie mais aussi les maladies, des massacres, des guerres, des pogroms.
Pour venir alourdir ces décès notre tradition rapporte que ces élèves ne se respectaient pas mutuellement. Les judéens étaient divisés entre eux, un éclatement en sectes, tendances, écoles, rivalités, en obédiences.
La division au sein de notre peuple est une énorme faiblesse.
C’est une question bien grave qui préoccupe le Maharal de Prague et qui relève: pourquoi cette société censée avoir pour idéal l’unité est elle la société la plus divisée au monde?
C’est l’un des thèmes de prédilection de Manitou qui n’a de cesse de faire des comparaisons, des allusions avec la société contemporaine en Israël.
Le 33 ème jour le l’Omer vient mettre un terme à cette période de deuil et de grandes fêtes, notamment avec des feux de camp, sont organisés un peu partout en Israël. Un très grand moment de joie, de démonstrations festives, un peu à l’image mais dans un autre style qu’à Pourim ou à Simha Torah.
André Bensimon (Papi Dédé)
Catégories : Judaïsme