La création de l’état d’Israël
A l’occasion de ces 70 ans de la création de l’état d’Israël revenons aux sources, à cette formidable aventure, à ce miracle ? 

La genèse, tout démarre :
… 13 siècles avant notre ère avec la sortie d’Egypte, les hébreux deviennent libres, se constituent en peuple, reçoivent la Torah dans le désert du Sinaï, puis entrent en terre promise, en Israël. 
En -1000 le roi David proclame Jérusalem comme capitale du pays, 40 ans plus tard son fils le roi Salomon construit le 1er Temple. Les hébreux, les juifs vivront sur cette terre jusqu’en 70 après JC, soit une présence quasi ininterrompue de plus de 14 siècles. 
Suite à la destruction du 2ème Temple par les romains, va démarrer une longue période d’exil de 19 siècles, les juifs étant dispersés à travers le monde, essentiellement en Europe et dans le bassin méditerranéen. 
Durant ce long exil, tous les juifs de diaspora réciteront au même moment, une fois par an, à Pessah, “l’an prochain à Jérusalem”. Ils n’oublieront jamais leur terre.
Maïmonide (1138-1204) annoncera que les temps messianiques auront lieu lorsque les juifs regagneront leur indépendance et retourneront sur leur terre en Israël. 
Durant ces 19 siècles d’exil, il y a eu une présence ininterrompue de juifs sur la terre d’Israël (quelques milliers ou dizaines de milliers suivant les époques), notamment à Jérusalem, Safed, Tibèriade, ou Hébron. 

Au XIXème siècle, tout va se jouer :
Les juifs sont présents dans les pays arabes (environ un million) au Maghreb, en Iran, en Irak, en Egypte, au Yémen, en Syrie, au Liban,…, mais aussi en Europe, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, en Roumanie, en Grèce, en France, en Espagne, en Pologne,…mais surtout en Russie avec 5 millions de personnes. 
Après l’assassinat du tsar russe Alexandre II, des milliers de juifs sont massacrés, leurs femmes violées, leurs biens pillés, dans l’indifférence des autorités. Ces multiples pogroms à répétition provoquent une prise de conscience amère que résume le médecin d’Odessa Léon Pinsker (1821-1891) dans une brochure intitulée “Auto-émancipation”. Pour lui ce qui s’est passé démontre que l’intégration est impossible : plus les juifs chercheront à s’assimiler, plus ils seront présents dans la société, et plus ils seront rejetés. 
Commence alors à se constituer l’émigration vers la Palestine : 10 000 personnes partent pour le berceau du judaïsme, en 1882- 83 : ce qu’on appèlera la 1ère Alyah. 
Théodor Herzl (1860-1904) un journaliste hongrois qui devait devenir l’âme du sionisme, assiste à la dégradation publique du capitaine Dreyfus à Paris le 5 janvier 1895. Cette scène qui s’est déroulée aux cris de “mort aux juifs” dans le pays moderne qu’est la France, le premier à avoir accordé l’égalité civique aux israélites, l’a profondément choqué. Ce jour là Théodor Herzl est convaincu par la thèse de Pinsker : l’intégration des juifs est impossible, il leur faut un état. 

Le sionisme est né :
Et maintenant tout va s’enchaîner avec une vitesse vertigineuse.
Création de l’Organisation Sioniste, qui deviendra l’OSM, 1er congrès à Bâle en 1897; création de l’Agence Juive chargé du politique, de l’économie, de l’éducation, de la santé, de l’immigration; création du Keren Hayessod l’organe financier central en charge de l’appel unifié pour Israël; la création du KKL (ou Fonds National Juif) chargé, entre autres, du rachat des terres. 
Ainsi toutes les infrastructures pré-étatiques se mettent en place progressivement.
Création du Technion (1912), de l’Université de Jérusalem (1918) et de l’hôpital Hadassa (1934). 
Mise en place de moyens de défense : la Haganah (1920), l’Irgoun (1931), le Palmah (1941); tous seront fusionnés en 1948 pour donner naissance à Tsahal. 
Durant ces 50 ans de construction des hommes et des femmes illustres vont se distinguer, parmi les plus célèbres et influents, Theodor Hetzl, David Ben Gourion, Haïm Weizmann, Albert Einstein, Zeev Jabontinsky, Eliezer Ben Yéhouda (le père de l’hébreu moderne), Golda Meïr,…
Sur le plan international la reconnaissance d’un état juif sur la terre d’Israël se construit pas à pas : les accords Sykes-Picot en 1916, la déclaration Balfour en 1917, puis la résolution 181 adoptée par les Nations Unies en novembre 1947 qui prévoit la création d’un État juif et d’un État palestinien. 

Et la lumière fut :
Pour aboutir le 14 mai 1948, le 5 Yiar 5708 à 16h : l’indépendance de l’Etat hébreu est proclamé. Magnifique. Miraculeux? 
19 siècles plus tard, malgré toutes les persécutions et même la Shoah, les juifs, les hébreux retrouvent leur terre ancestrale, leur pays d’origine.
Il faut bien noter et comprendre que ni l’Inquisition, ni les pogroms, ni les persécutions, ni la Shoah n’aboutirent à la création d’Israël, mais bien la détermination du mouvement sioniste couplée à la foi des juifs du monde entier qui n’ont cessé de répéter comme un leitmotiv pendant 2000 ans en diaspora “l’an prochain à Jérusalem”.

Categories: Israël