14) Moïse : le héros de ce récit, le plus grand prophète d’Israël, Moché rabenou, Moïse notre maître ; où est il ? Pas cité une seule fois dans la Haggada .
Moïse est cet homme qui a quitté ces habits d’Egyptien pour prendre celui des hébreux. Contrairement à Joseph qui lui a enlevé ces habits d’hébreu pour prendre le costume égyptien. Joseph représente le juif en exil, Moïse le juif qui part pour la terre  promise, celui qui quitte l’exil pour faire sa montée, son Alyah.
Moïse n’est pas présent dans la Haggada pour que chacun comprenne bien que tous les miracles que les hébreux ont vu de leurs propres yeux, n’étaient pas l’œuvre d’un homme, si méritant soit il, mais de D.ieu lui même.
D.ieu n’a pas besoin d’intermédiaire pour s’adresser à nous, aux enfants d’Israël. Et nous, nous n’avons pas besoin non plus d’intermédiaire pour s’adresser à lui.
L’Eternel réside parmi nous.
15) Le prophète Elie : nous avons coutume de dresser un couvert supplémentaire à table, pour ainsi dire : « qui a faim, qui est seul, entre et mange,partage avec nous cette soirée, ce diner ».  Cette dimension de solidarité, de regard, d’attention tournée vers l’autre fait partie intégrante de cette soirée et méritait de venir conclure ces quinze éclairages qui je l’espère pourront vous donner quelques pistes (à approfondir bien sûr, et c’est le but) pour animer votre séder.Le 5 ème fils : quand on croit que c’est terminé ça continue.
Nous avons évoqué la pédagogie différenciée avec les quatre fils, quel est donc ce 5 ème fils ?
Il n’est pas explicitement cité, mais on pense nécessairement à lui, et en particulier lorsqu’on est réuni à table en famille : celui qui n’est pas là, celui qui est absent, celui qui ne vient jamais; mais pour celui là quelle attitude adopter puisqu’il est absent ?
Dans toutes les communautés on se pose aussi ces questions; par exemple en France on dénombre environ 500 000 juifs, mais uniquement 100 000 qui fréquentent régulièrement ou ne serait ce q’une fois par an, synagogue, centre communautaires, événements juifs. Ou sont les 400 000 autres ? Comment les adresser ? Comment les intéresser ? Les interpeller ? Ou alors faut il les oublier ? Après tout seuls 1/5 des hébreux sont sortis d’Egypte, ne devons nous pas nous concentrer sur ce 1/5 déjà concerné et ‘ abandonner les 80 autres % ?
Ce 5 ème fils qui n’existe pas dans la Haggada, qui n’est pas mentionné mais suggéré est l’occasion de s’interroger et bien sûr d’y répondre. Chacun avec sa sensibilité.
André Bensimon (Papi Dédé)
Catégories : Judaïsme