“Heureux comme un juif en France”, vous connaissez l’expression ?
C’était vrai.
Nous avons adoré ce pays.
Nous avons quitté le Magreb dans les années 60 pour beaucoup d’entre nous, avons été bien accueilli, avons bénéficié de l’ascenseur social, de l’école publique gratuite. Nous y avons fait nos études, nous y avons travaillé, gagner plutôt bien notre vie, bien souvent mieux, plus que nos parents.
Mission accomplie. Merci la France.

Nous sommes donc dans les meilleures conditions pour aimer ce pays, le regarder avec générosité et bienveillance . Et pourtant que voyons nous, si nous prenons juste la peine d’ouvrir les yeux : le pays a changé, complètement changé. Il a sombré, c’est triste et c’est dangereux pour les juifs qui y habitent, qui y vivent.

Georges Bensoussan en 2002 (il y a déjà 15 ans) dénonçait “les territoires perdus de la République”. Une violence perpétuée en milieu scolaire témoignant de la décrépitude des valeurs qui fondent la République et assument l’intégration des nouveaux citoyens autour d’un consensus minimal. Antisémitisme, racisme, sexisme, irrespect, un climat de violence larvée marquée par la peur de nombreux adultes devant l’offensive islamiste: tous les ingrédients sont déjà présents, identifiés, dénoncés.

En 2017 G. Bensoussan récidive avec “La France soumise”, livre choc sur la radicalisation des banlieues.
L’effrayante réalité décrite par une série de récits dépasse la fiction de “Soumission” de Houellebecq.
Le mal est si profond que le pronostic vital de notre vieux pays est engagé.
Les islamistes tissent la toile. De cité en cité, de quartier en quartier, de commune en commune, ils préparent des enclos islamistes pour y imposer leur propre loi, la charia.
Explosion de la cohésion nationale et effacement de notre héritage culturel, telle est la menace qui se précise de jour en jour.
Les lendemains qui s’annoncent seront terribles.
Car ce sera l’heure de la revanche pour des millions d’immigrés, que nos élites stupides ont fini par convaincre qu’ils étaient victimes de l’oppresseur blanc. La repentance a encouragé la haine de la France.
Mais le pire, le plus rageant est que cette situation, fruit d’un long processus de décomposition, aurait pu être évité; mais c’est la politique de l’autruche qui a prévalu.
Car, sous la dictature de nos élites politiques correctes, tous ceux qui ont osé dire la vérité et prévenir du danger ont été systématiquement dénigrés et mis au ban des media.
Quand la Marseillaise était sifflée nos élites se bouchaient les oreilles, quand le drapeau de la France était piétiné et brûlé nos élites détournaient le regard et quand des jeunes immigrés applaudissaient au massacre du 11 septembre au cri de “Vive Ben Laden” nos élites se taisaient.

Alors voilà, Monsieur Macron, vous venez d’être élu, vous êtes sensé représenter l’avenir, un certain espoir, une vision, que comptez vous faire ? Mesurez vous bien l’ampleur du problème ? Et vos solutions seront elles à la hauteur et assez rapides ?

Au travail.

André Bensimon