1) Chavouot veut dire en hébreu « semaines » (au pluriel); au singulier Chavoua.
Chavouot est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme, au cours de laquelle on célèbre le don de la Torah au pied du mont Sinaï.
A l’époque du Temple Chavouot célébrait le début de la saison de la moisson du blé.
Elle a lieu le 6 Sivan (en mai ou en juin), elle dure en diaspora deux jours mais un seul en terre d’Israël. Elle a lieu au terme du décompte de l’omer, le 50ème jour après Pessah.
Son équivalent chrétien est « Pentecôte » qui veut dire en grec 50ème jour.

2) On peut facilement associer la fête de Pessah à la matsa ou au seder, celle de Souccot à la cabane ou au loulav, mais Chavouot n’est reliée à aucun objet ou rituel précis. Pourquoi?
Pourtant cela peut paraître surprenant car l’événement célébré est capital pour le peuple juif : le don de la Torah.
Et bien justement l’événement est tel que la fête de la Torah n’a d’autre support que la Torah elle même.

3) Chavouot est appelée aussi « Zman Matan toraténou », littéralement « le temps du don de notre Torah »: une alliance conclue entre Dieu. et toutes les générations d’Israël.
Dieu. a donné la Torah à tout le peuple réuni au pied du mont Sinaï ( trois millions d’hommes, de femmes et d’enfants) en 1 jour, et nous devons le recevoir chaque jour, à chaque génération en la pratiquant, la lisant ou en l’étudiant.
La phrase centrale, clé de Chavouot est « Naassé vénichma », « nous ferons et nous écouterons ». Nous ferons c’est à dire nous mettrons en application, nous écouterons c’est à dire nous étudierons, nous transmettrons. C’est ainsi avec cette formulation et ce sens que le peuple a signifié son acceptation. L’un étant indissociable de l’autre.
Pas d’action sans réflexion, pas de réflexion sans action.

4) 7 semaines: nous comptons avec l’omer 7 semaines, 49 jours entre Pessah et Chavouot. Pourquoi 7 semaines, et le lendemain, le 50ème jour: Chavouot ?
Nous savons déjà qu’entre la libération physique de l’esclavage (Pessah) et la libération spirituelle (Chavouot) il faut un délai, un temps, un processus, des étapes, mais pourquoi justement 7×7 jours ?
Le chiffre 7 est celui qui rythme le cycle naturel du temps, 7 est le temps de l’effort humain, les 7 jours de la semaine.
En revanche 8 représente l’infini ( d’ailleurs représenté en mathématique par un 8 couché), une dimension au delà du temps ordinaire. C’est pour cela que la circoncision se pratique à 8 jours comme pour dire que la vocation juive vise à s’élever au dessus de l’ordre matériel, naturel.
Par sa dimension éternelle, la Torah se trouve elle même hors du temps. On comprend donc pourquoi on célèbre son don au lendemain de 7 semaines.

5) Il est d’usage à Chavouot de lire le livre de Ruth.
Ruth la moabite, archétype de la convertie, qui à l’image du peuple d’Israël accepte la Torah au Sinaï, va adhérer avec enthousiasme à cette Torah.
Elle sera récompensée en devenant l’ancêtre du roi David, qui sera lui même celui du Messie. L’ancêtre du Messie est une convertie : tout un symbole.

6) Comme pour toutes les fêtes on lit un passage de la Torah, mais lequel a été choisi pour Chavouot ?
Une évidence s’impose: les 10 commandements, le Décalogue, « Asseret hadiberot », littéralement les 10 paroles. Un moment fort. Tous les fidèles se lèvent pendant la lecture de la Torah, certains hommes se recouvrent la tête de leur taleth pour mieux se concentrer en signe d’adhésion au message de la Torah.

7) On a l’habitude de consommer des repas ou plats lactés, la fameuse tarte au fromage pour les ashkénazes, ou bien des glaces à la crème pour les enfants. Cette coutume nous rappelle que la Torah compare la parole divine au lait, aliment agréable et complet convenant à tous les âges.

 

André Bensimon

Catégories : Judaïsme