Benjamin Netanyahou, le 1er ministre israélien, chef du gouvernement, sera à Londres le 1er novembre. Pourquoi ?

Il se rend à Londres pour participer aux événements marquant le centenaire de la Déclaration Balfour.
Un petit rafraîchissement de la mémoire s’impose pour les plus jeunes d’entre nous.

La Déclaration Balfour, publiée le 2 novembre 1917, était une déclaration de 67 mots adressée, sous forme de lettre à Walter Rothschild, un chef de la communauté juive britannique.
Dans la lettre “le gouvernement de Sa Majesté considère avec faveur l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif et fera tout son possible pour faciliter la réalisation de cet objet, étant entendu qu’aucun préjudice ne sera porté aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine, ou aux droits et à l’état politique dont jouissent les juifs dans tout autre pays”.

Le gouvernement israélien considère la Déclaration Balfour comme un marqueur significatif dans l’histoire de l’Etat juif.

Dans l’histoire moderne du sionisme on a l’habitude de retenir trois dates clés:
– Le 1er congrès sioniste de Bâle en août 1897 avec Théodore Herzl qui propose son programme, qu’il qualifie de “plan de réunification nationale juive”.
– La Déclaration Balfour en novembre 1917.
– Puis la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël, le 14 mai 1948 (le 5 Iyar 5708), prononcée par David Ben Gourion. C’est l’annonce officielle de la naissance d’un État juif en Terre d’Israël.

Cette année, le 5 Iyar, au mois d’avril 2018, nous fêterons les 70 ans de l’Etat d’Israël. Nous aurons l’occasion d’en reparler.